HEKKAH

Acting Without Reality (AWR) est un collectif créé en 2010 à Paris, composé de trois artistes pluridisciplinaires (Thomas Cheneseau, Raphaël Isdant, Michaël Jespersen) qui s’intéressent à la problématique des réseaux sociaux et du passage à l’acte dans une dimension sociale et artistique. Aujourd’hui les réseaux sociaux constituent, avec le téléchargement de fichiers, un des usages populaires massivement diffusé. C’est par l’exploration des champs sémantiques publiés sur la plateforme Facebook de leur projet HEKKAH, que le collectif propose un regard critique pour s’interroger sur nos identités et nos données en ligne (avatars, statuts) dans les mondes virtuels.

HEKKAH est une entité numérique qui habite le réseau social Facebook dans le but de se nourrir de nos vies quotidiennes. Issus des flux qu’elle incarne, les contours de sa forme ne sont visibles qu’à travers l’activité et les publications de ses contacts. Son réseau est sa sève, il lui permet ainsi d’exister et de persister dans nos mémoires. L’image d’HEKKAH est ainsi formée avec les extraits de nos vies numériques sur le réseau social. Ce flux est fragile et à mesure qu’il s’échappe du corps d’HEKKAH, elle retourne peu à peu dans l’oublie, disparaît de nos mémoires. Chaque nouvelle publication de la com- munauté permet néanmoins de réactualiser cette image synthétique et superficielle. Le résultat de ce processus peut être visible et lisible en temps réel sur Facebook, les publications retournant ainsi à la source. HEKKAH est constituée d’un profil et d’une application facebook prolongés par une installation interactive immersive. Ces deux espaces sont connectés dynamiquement et dialoguent dans un processus rétroactif. En devenant ami avec le profil sur Facebook, le public accepte d’alimenter le projet par les statuts qui remontent instantanément dans un espace d’exposition public. HEKKAH possède ainsi un lieu où se réalise une réflexion sur l’identité numérique. Son espace matérialise un corps à travers une projection interactive où chaque visiteur peut y voir une incarnation de soi. Ici, le corps d’HEKKAH devient alors, l’espace d’un instant, le miroir du visiteur, le sacrifice et l’échange d’un corps pour un autre. En tant que sculpture informationnelle, le projet invite à la construction d’une identité sociale collective, reflet de nos communautés et de nos sentiments.
Capture d’écran 2014-10-23 à 23.30.52
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s